You are currently browsing the category archive for the ‘Podcast’ category.

La misère a-t-elle un visage ? Non. La misère porte-t-elle un nom, reflète-t-elle une couleur, lui connaît-on un âge ? Non plus. Est-elle le pénible apanage de certains, le sournois fardeau strictement réservé à ceux à qui souvent on prête  les vulgaires surnoms de « clochard », « crève-la-faim », ou encore « va-nu-pieds »  ? Non et encore Non.

Corbeille des messages d'enfants face à la Tour Eiffel

La misère ne possède ni carte d’identité ni adresse. Elle est universelle. Elle n’est pas simplement crue et cruelle sur le pavé. Elle se cache aussi dans le ventre des immeubles. Elle n’est pas uniquement cette main tendue qui appelle la pièce, elle est aussi cousue par les baguettes des politiques étatiques, elle est en gestation dans les cordons de la bourse.

Elle isole, elle affame, elle exclut. Elle affole, elle condamne, elle tue. Oui, la misère est une extraordinaire mercenaire qui fait plier chaque homme qu’elle frappe. Tel un bourreau social elle brise les liens d’avec la vie des hommes. Pourtant, toute scélérate qu’elle est, jamais la dignité de l’Homme elle ne parvient à  ôter.

« Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré. » Père Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde, le 17 octobre 1987.

Vingt-deux ans plus tard, cette célèbre exhortation n’a malheureusement pas pris une ride. La misère existe toujours… Parce que nous la tolérons. S’unir, se rassembler autour de projets et d’événements pour faire disparaître ce fléau sans jamais céder au cynisme ni à l’éreintement est un combat de vie, celle de l’Humanité.

Ce 17 octobre 2009, comme chaque année, ATD Quart Monde organisait une journée d’animation à travers le monde. A Paris, fidèle à la tradition, le parvis des Droits de l’Homme s’est fait l’hôte d’un jour pour dire non à la misère.

Stéphane Hessel entouré de jeunes

Plus d’un millier de personnes, anonymes, bénévoles d’associations, responsables politiques et personnalités étaient rassemblées. Leur but : répéter, marteler, une nouvelle fois, leur refus inconditionnel de toutes les formes de misère.  Martin Hirsch, Haut Commissaire aux Solidarités Actives et à la Jeunesse et Stéphane Hessel, résistant, grand défenseur des droits de l’Homme étaient notamment présents.  Cette année, la mobilisation était placée sous le signe de l’enfance en vue de la célébration à Genève le 20 novembre prochain des 20 ans de la Convention des Droits de l’Enfant. C’est donc la chorale des Enfantastiques qui a donné le tempo tout au long de l’après-midi.

Pour revivre l’événement, je vous propose un petit reportage audio (7’40 ») avec notamment une interview de Martin Hirsch que j’ai réalisée à l’issue de la manifestation.

A l’heure où Wall Street s’apprête à verser la modique somme de 140 milliards de dollars de bonus à ses traders, rappelons qu’en 2008, près de la moitié de l’Humanité, soit trois milliards de femmes et d’hommes vivaient avec moins de 2 dollars par jour. En France selon l’INSEE 8 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, parmi lesquels 30% d’enfants.

Face à l’extrême pauvreté, efforçons nous sans relâche de ne jamais laisser l’érosion de l’indifférence gagner nos esprits. Car alors la misère de nos cœurs nous avilirait totalement.

Journée mondiale du refus de la misère 2009 - Ephateyes - 3

Publicités
Les recettes du scandale

source: ccfd.asso.fr

Le 16 octobre est un triste anniversaire. Celui des 36 millions de ventres creux qui à jamais s’éteignent chaque année. L’incrédulité peut facilement gagner les esprits tant les chiffres paraissent incommensurables. Pourtant, la réalité est  sans équivoque: 100 000 personnes meurent chaque jour de la faim estime le CCFD-Terre Solidaire.

Les émeutes de la faim qui ont secoué un certain nombre de capitales africaines en 2008 ont sonné comme un cri d’alarme, un appel au secours d’un sixième de l’Humanité affamée à la planète entière et plus particulièrement aux pays qui tiennent les rênes du commerce mondial. Depuis, la crise économique a deversé son lot de plaies sociales aux Nord et la situtation de ceux pour qui, au Sud, manger est un luxe, ne s’est pas améliorée.

De fait, pour la première fois en 2009, plus d’un milliard d’êtres humains souffrent de malnutrition chronique annonçait il y a quelques mois la FAO. Chiffre d’autant plus éloquent lorsque l’on sait que la planète pourrait valablement nourrir 12 milliards d’individus. Alors indiscutablement, la faim n’est pas une fatalité, loin s’en faut. Parvenir à conjuguer les souffrances de cette  tragédie au passé n’est donc pas une gageure aux allures de tonneau des Danaïdes. Où se situent alors les verrous à l’effectivité d’un droit à l’alimentation universellement respectée ? Principalement au niveau de la volonté politique et de l’agenda économique des pays du monde dont les escarcelles financières sont les mieux remplies et les plus excitées…

Face au scandale de la faim, qui n’est en d’autres termes que la résultante d’un système méticuleusement façonné par les politiques économiques des Etats riches, le CCFD-Terre Solidaire agit. L’ONG lance une campagne de sensibilisation intitulée « Les recettes du scandale ». Placée sous le thème du droit à l’alimentation, la campagne dénonce sur un ton à la fois pragmatique et décalé cette situation et propose une série de recommandations concrètes à l’endroit des décideurs politique et économique pour mettre un terme au fléau de la faim.

Dans ce cadre, le CCFD-Terre SolidaFlash Mob - Les recettes du scandale CCFD-Terre Solidaireire organisait hier devant l’opéra Garnier à Paris une flash mob (mobilisation éclair) à laquelle ont participé plus d’une centaine de personnes toutes de noir vêtues et munies d’une assiette vide. Allongées sur les marches de l’opéra, elles ont simulé la mort des 100 000 vies qui disparaissent chaque jour faute de pouvoir remplir leur assiette.

Ambroise Mazal est chargé de mission « souveraineté alimentaire » au CCFD-Terre Solidaire, je lui ai posé quelques questions pour mieux comprendre les enjeux de la campagne.

Pourquoi cette campagne et quels en sont les objectifs ?

Comment faire appliquer vos recommandations ?

Les Accords de partenariat économique et la souveraineté alimentaire.

Le manque de volonté politique et l’agenda économique des pays riches, une fatalité ?

Un exemple de succès contre la faim au Malawi.

Parmi les participants, Claire et David témoignent à mon micro.

Pourquoi participez-vous à cette flash mob ?

Une campagne aux recommandations ambitieuses, quels espoirs de les voir appliquées ?

Enfin, voici le spot radio de la campagne avec la voix de Thierry Lhermitte.

Le 16 octobre est la journée mondiale de l’alimentation. Pourquoi ne pas profiter de cette journée pour faire le choix de  désormais nous nous nourrir d’un peu plus d’informations qui donnent du sens à notre humanité et qui nous donnent envie d’agir contre un scandale qui tue quotidiennement presque l’équivalent d’une ville française comme Perpignan ?

Flash Mob Les recettes du scandale - CCFD-Terre Solidaire 2

Comme pour la nage, en matière de blogging il ne faut pas hésiter à se mettre à l’eau pour faire ses classes ! J’ai donc décidé de vous présenter, très brièvement, la ligne éditoriale de mon blog au son ma voix.

Articles les plus consultés

mai 2018
L M M J V S D
« Sep    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
Publicités