La paix souffle sur ce jeune blog, c’est de bon augure ! J’en profite alors pour poster un poème sur ce thème que j’ai écrit le moisPACE dernier. La paix est un bien précieux, inestimable. Un trésor dont on ne découvre bien souvent l’infinie valeur que lorsqu’il est attaqué ou menacé. Parce que la paix est notre bien à tous, rappelons nous qu’il n’appartient à nul autre que nous de la préserver au quotidien.

Derrière la paix

La paix s’étiole partout où l’humain recule,
La paix s’épuise chaque fois que l’amour on accule.

Derrière cette paix, derrière notre paix, respirent…

L’étendard de la liberté entaché d’or noir
La croissance effrénée envoyant l’être au pressoir

Les mers évaporées en interminables déserts
L’asphyxie commanditée des poumons verts de la Terre

Les enfances volées, les enfants violés
Les femmes châtiées, les mères torturées

Les anciens, dits séniles, oubliés avant la mort
Et les humains, marchandises, simples faiseurs d’or

Les droits de l’homme piétinés, dévoyés
Le racisme, infatigable braise du rejet

La justice souillée, parodiée, emprisonnée
Les messagers de l’information finement muselés

La paix s’étiole partout où l’humain recule,
La paix s’épuise chaque fois que l’amour on accule.

Derrière cette paix, derrière notre paix, s’agitent…

La guerre des moi et la rhétorique du meilleur
Le culte de l’avoir comme source du bonheur

Le matérialisme dévorant les décennies de notre ère
Et les usines d’armes crachant avant de trouer la chair

Le fanatisme des esprits éclos de l’odieuse pauvreté
La soif du pouvoir qui annihile la Raison, condamnée

Le regard couard détourné devant l’indigence,
La politique de l’ignorance, la religion de l’indifférence

L’adoration sectatrice du néo-divin, Seigneur argent,
Les thuriféraires fiduciaires, apostats de la foi du Dieu aimant

Le sens de l’Histoire, qu’amnésiques volontaires, on oublie
Le futur des mémoires, que l’on dépose, ravis sur le tapis

La paix s’étiole partout où l’humain recule,
La paix s’épuise chaque fois que l’amour on accule.

Derrière cette paix, derrière notre paix, s’excitent…

Les railleurs de poésie, apôtres du platine et du velours
Les frasques prédatrices des hermétiques à l’amour

La verve acérée des détracteurs d’espérance
Les cols apprêtés des démiurges de la déshérence

Derrière la paix, une armée de fossoyeurs d’humanité
Lissent leur canon et affûtent leur baïonnette assoiffée

C’est pourquoi je veux et je vais crier à chaque heure
Et murmurer aux creux des oreilles de tous les cœurs

Que derrière la paix,

Il y a toi, il y a moi, il y a eux, en somme il y a nous,
Autant de loups si l’on oublie que l’Amour est Tout.

Le 18 septembre 2009