Existe-t-il un piège plus sournois qu’une mine antipersonnel ? Tapis sur le sol, sommeillant parfois des années, l’engin de mort demeure silencieux, presque invisible. Et pourtant, il suffit d’un simple contact pour qu’il se déclenche et libère une explosion qui arrache des membres, tue et brise des vies.

Les mines frappent sans distinction militaires et civils. Ces derniers en sont d’ailleurs les premières victimes, ils représentent 61% des 500 décès imputés chaque mois aux mines de par le monde.

Dans le genre machiavélique, les bombes à sous-munitions (BASM) ne sont pas en reste, loin s’en faut ! Pour schématiser il s’agit de mini-bombes souvent larguées dans des conteneurs depuis un avion. Une fois disséminées au sol, elles explosent… En théorie. Dans les faits, 5 à 40% de ces volatiles de mort ne se désintègrent pas à l’impact. Résultat : elles se transforment en mines antipersonnel. 98% des victimes des BASM sont civiles.

Depuis 1965, la surface de la Terre a reçu une pluie de 440 millions de sous-munitions. 132 millions d’entre elles n’ont pas explosé. Le travail de déminage est donc énorme.

Face à ce tableau peu réjouissant, des ONG se mobilisent. En première ligne, Handicap International, qui organisait samedi 26 septembre la 16è édition de sa célèbre Pyramide de chaussures. L’occasion pour l’association de sensibiliser le grand public autour de la question des mines et de solliciter son soutien.

Objectif : faire pression sur les Etats signataires des Conventions d’Ottawa (pour l’interdiction des mines antipersonnel) et d’Oslo (sur les armes à sous-munitions) pour que ces derniers tiennent parole en développant des politiques respectueuses des engagements pris.

Dernière victoire en date : août 2010, entrée en vigueur du Traité d’Olso suite à sa ratification par un 30è Etat. Preuve que la mobilisation paie !

Ci-dessous une courte interview que j’ai réalisée sur place de Camille Gosselin (chargé de plaidoyer Handicap International) et Sandrine Chopin (responsable du bureau parisien de l’ONG).

Pour en savoir plus sur l’action d’Handicap International contre les mines et les bombes à sous-munitions, faites un tour sur cette page.

Clin d’oeil estival…

L’altitude et l’amour, deux chemins qui se croisent ?

Poème écrit à la volée lui aussi. Décidemment !

Et si la lumière des jours les plus longs de l’année était porteuse d’une muse particulière ? Quelle question ?! A vrai dire, je n’en sais fichtre rien. Le fait est que, voici un nouveau poème ! Modeste dans son écriture, il a eu le mérite de faire cogiter un peu neurones et émotions dans sa conception, et peut être de susciter à sa lecture la réflexion…

Des mots soufflés en l’espace d’un instant. Vite ! Un papier, de quoi noter ! C’est court et la question est posée…

Des premiers mots qui viennent à la bouche à peine susurrés, comme chuchotés par l’inattendue rencontre de la muse et de l’esprit. Dix minutes après, le poème était écrit. A ta santé l’humain…

Démodée, vieillie,  surannée la Poésie ? Qui oserait le dire, le croire ? Elle est ici, là, et même là-bas. Elle est partout, en chacun de nous. Dans notre aujourd’hui occidentalisé, on a parfois bien du mal à la voir. Pourtant, il suffit de si peu pour l’apercevoir, lui sourire. Et ainsi sourire à la vie !

La Poésie est universelle. Elle mérite bien un poème alors…

Ca y est ! Le printemps est bien installé. Feuilles verdoyantes et fleurs chamarrées rafraîchissent de leur noble éclat l’air de nos vies. Que la nature est belle ! Même en ville, au coeur d’une forêt d’immeubles, la flore exulte. Et c’est la faune urbaine qui exalte !

Qu’elle soit citadine ou pas, la biodiversité est une richesse à protéger en tout lieu. Mais comment agir concrètement en faveur de l’environnement ? En commençant par des choses simples ! En adoptant les clefs d’un comportement responsable.

Donner au grand public les moyens d’agir en tant que citoyen responsable, c’est justement l’objectif du site kiagi.org. Développé par l’association d’éducation au développement durable e-graine, Kiagi a une double vocation: être un outil pédagogique et inciter à l’action. Et ce autour de cinq thèmes:

  • environnement
  • économie sociale et solidaire
  • solidarité internationale
  • citoyenneté
  • santé

Plongés dans le quotidien de la famille Kiagi à travers des dessins animés, on découvre des conseils et gestes simples à mettre en pratique dans des domaines variés: gestion de l’eau, économies d’énergies, alimentation locale et de saison…

On peut également aller à la rencontre d’hommes et femmes engagés dans des initiatives locales ou nationales. Toujours porteuses de sens. L’idée est de découvrir leur action et d’agir à leurs côtés à notre mesure si le coeur nous en dit.

Enfin, Kiagi c’est aussi un agenda du développement durable sur lequel on trouve plein de bonnes idées pour bouger responsable près de chez nous.

Alors retenez bien, kiagi.org, un site qui vous veut du bien. A diffuser sans modération évidemment !

Jamais deux sans trois dit l’adage. Les deux derniers billets postés étant des poèmes, il en fallait bien un troisième ! En réalité, si c’est la poésie qui nourrit récemment les billets de ce blog, c’est parce que j’ai n’ai bigrement pas le temps d’écrire grand chose d’autre.

Le poème suivant est tout frais ! Il est le fruit d’une petite évasion de l’esprit alors que j’étais dans les transports en commun parisiens. La poésie est résolument un authentique voyage sur les terres fertiles de la liberté.

Articles les plus consultés

décembre 2016
L M M J V S D
« Sep    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031